entrée
BLOG COUSIN PASCAL

Celui qui perçoit l'univers comme un amas d'écume en plein océan ambrosiaque de la Conscience,
c'est lui, en vérité, l'unique Siva.

Ksemaraja









Seul Paramatman est intemporel,
et tous les autres sont dans le temps
par Shri Nisargadatta Maharaj

Source : L'amour de soi, le rêve originel - Les Deux Océans (Paris)



En vérité, votre état est la Félicité Absolue, pas cet état du monde du phénomène. Dans l'état du non-phénomène vous êtes félicité totale, mais vous n'en pouvez faire l'expérience. Dans cet état il n'y a ni misère ni malheur, seulement une pure félicité.
Quand la conscience est sans forme et ne se connaissant pas elle-même, elle est l'Absolu. Nous sommes uniquement cette conscience. L'éternel est pour toujours, un état de non-expérience.
L'univers est contenu dans la conscience, et le corps physique lui aussi n'est qu'une apparition dans la conscience, perçue et reconnue par la conscience.
Ce qui EST, c'est cette conscience, en dehors de quoi rien ne peut exister.
Shri Nisargadatta Maharaj
Au niveau ultime la Présence est dissoute. Vous ne serez pas conscient quand la Présence devient Omniprésence.
Tout est Un. Il n'y a pas d'individualité.
Cette Présence spontanée, cette Présence invisible, est inconsciente de sa propre identité parce qu'elle est vaste, toute puissante, omniprésente, juste comme le ciel.
Shri Ramakant Maharaj

Si vous comprenez que ce corps n'existe pas, vous êtes libéré du tourment de la mort. Vous êtes en tout et en tout lieu car vous êtes la source de toute chose. Comment pourriez-vous mourir ?
Comprenez que tout est Un, et tout se termine alors.
Ranjit Maharaj

Le Je suprême, non-manifesté, ne possède aucun savoir, il ne se connaît pas, il est totale êtreté. Cette êtreté est reflétée par la conscience, cette conscience a surgi du non-manifesté, sans cause, en créant le temps, l'espace et la matière, elle ne peut exister en l'absence du corps. Elle est la Conscience, il n'y en a qu'Une. Tout ce qui existe est je, tout ce qui existe est moi, mais le Je percevant cela s'est limité en s'identifiant à son support et a perdu cette compréhension. Pourtant, ce manifesté est identique au non-manifesté, à cette présence Absolue. Il n'y a pas de différence entre le Je non-manifesté et le monde. C'est pour cela que vous n'avez besoin d'aucun changement ni d'aucun appui, vous êtes cela. Il faut que votre esprit soit complètement au repos, alors il se dissoudra et il ne subsistera que la réalité.
S'immerger dans cette connaissance « je suis » est Bhagwan, splendeur. C'est une illumination éclairant comme la foudre. Vous êtes seulement lumière et de cette révélation le monde surgit. Ayant atteint ce stade, vous êtes le pur joyau du diadème, le diamant au sommet de la couronne. Mais ayant assimilé, pleinement éveillé, ce qu'est le monde, ce qu'est cette conscience, vous souhaitez vous en débarrasser. Vous découvrez que cette splendeur est le siège de toutes les erreurs, de tous les mensonges. Quand vous l'avez totalement compris, vous transcendez cet état. Ce n'est plus rien, c'est comme du mucus dans la gorge qui vous gêne, vous le crachez.

Shri Nisargadatta Maharaj

On l'appelle Soi ultime. Il est éternellement pareil à lui-même. Il est vide comme l'espace, pur et éternel. Mais un mouvement est ressenti dans cette nature immuable et c'est l'illusion, la conscience qui surgit. C'est le Dieu créateur (Ishvara), c'est-à-dire l'illusion qui est à l'origine de l'apparition de l'éphémère. Vous existez sans condition, sans effort mais la conscience s'est imposée à vous et c'est cela l'illusion primordiale. Tout ce qui existe n'est rien, tout est faux.
Sri Siddharameshwar Maharaj



JEUDI 29 JUIN 1978

CONNAISSEZ LE MOUVEMENT DU TEMPS
BIEN À L'AVANCE





Paramatman est le seul
qui connaisse
parfaitement le temps.


Quand vous dites qu'un enfant est né, c'est le début du temps. C'est la naissance du temps, et non pas de l'enfant. À défaut de comprendre cela, on croit en sa propre naissance.

Seul Paramatman est intemporel, et tous les autres sont dans le temps.
On doit souffrir du fait de ne pas connaître
sa nature éternelle.


Les noms varient selon les corps, et ils durent un certain temps. Tous les noms sont ceux du temps. Pour un être réalisé, le mouvement du temps est le même que les aiguilles d'une horloge. Pour lui, le temps s'achève. L'ignorant vit comme le corps et souffre avec le temps. Souvenez-vous de ce que vous écoutez ici, et méditez dessus.

Aucune des autres pratiques spirituelles n'est nécessaire. Nous pouvons parler de la méditation seulement quand il y a la conscience. Quand la conscience se prête de l'attention à elle-même, c'est la méditation. En raison des modifications de l'esprit, l'attention va vers l'extérieur. Alors un chercheur doit trouver du temps précisément pour la méditation. Quand la conscience ne va pas vers l'extérieur, il y a méditation sans effort, à toute heure. L'attention ne se sépare pas de la conscience, et les deux s'unissent en méditation.

Le corps débute à un moment donné, et disparaît après un certain temps. Dans l'utérus, la conscience est endormie. Trois à cinq ans après l'accouchement, le contenu de l'utérus, appelé « enfant », développe le sens d'être. Pendant le sommeil profond, Vishnu est inconscient de son existence en tant que Vishnu. C'est la nature du temps. L'existence pendant le sommeil profond est similaire à celle dans l'utérus, quand il n'y a pas l'expérience du temps. L'utérus signifie la conscience endormie, quand on n'est pas conscient de son corps. Quand le corps est à l'extérieur de l'utérus, la marche commence en temps voulu, ce qui indique le mouvement du temps. Le sens d'être, qui est initialement endormi, s'améliore doucement, et commence à reconnaître la mère. L'enfant commence à reconnaître sa mère. Il écoute sa voix. Tout cela est le mouvement du temps. La croissance de l'enfant est la croissance du temps. Dans l'utérus, il y a un support ou un appui, mais pas à l'extérieur. Donc l'enfant commence à prendre appui sur son corps, ce qui est le début de l'identité corporelle. Le contenu de l'utérus est notre sens d'être, qui était initialement endormi.

Un humain peut-il grandir à l'aide de l'intellect ? Notre croissance est la fonction du temps. Il y a de la force ou de la faiblesse, selon le moment. Donc vous devez connaître le mouvement du temps bien à l'avance. Tous vos mots sont une forme du temps.

Le connaisseur du temps n'a pas de naissance et pas de mort.

Au-delà du sens d'être, il n'y a pas de sens d'être ; c'est-à-dire qu'il y a absence à la fois du « je suis » et du « je ne suis pas ».


Avec le temps vient la compétence, c'est-à-dire la connaissance. Tout cela est dans le champ du temps, et est limité par lui. La durée de l'expérience du temps, c'est la durée de vie ou l'âge de quelqu'un. Le sens d'être que vous avez à présent est la nature du temps. Vous êtes le substrat du temps.


Le connaisseur du temps n'est pas dans le champ du temps.
Le créateur du temps
est sans nom.
S'il faut absolument lui donner un nom, appelez-le Paramatman ou Parabrahman.


Le temps vous montre le film du mouvement du temps. Votre naissance y est également montrée. Le contenu de l'utérus est sorti en même temps que la conscience, et a commencé à bouger dans le temps. Il y avait des gens qui connaissaient le passé, le présent et le futur. Ils sont présents même maintenant, mais qui est le réel connaisseur du temps ? Quand on dit que c'est Paramatman qui est le connaisseur du temps, les auditeurs disent qu'ils l'ont compris. Mais qui est le connaisseur du connaisseur du temps ?

Ce qui est au-delà du temps est également sans naissance.


Ce n'est pas né en raison des sucs de nourriture des cinq éléments. Celui qui sait qu'il n'est pas le contenu de l'utérus est un Jnani.

Votre naissance a eu lieu sans votre connaissance. Votre connaissance a commencé quelques années après votre naissance. Vos actions et votre comportement pendant l'état de veille sont déterminés pendant le sommeil profond. Votre compétence, votre intelligence et votre sagesse, après le réveil, sont aussi décidées par le temps. Tout arrive comme c'est préétabli. Afin de comprendre le secret de tout cela sans le demander à qui que ce soit, soyez un avec votre conscience, dans la méditation.

Le temps est le soleil du monde, le soleil de l'univers et le soleil du Soi. Sans aucune aide externe, ce que vous êtes, c'est le soleil de la conscience. Le soleil indique le temps, et tous les noms sont ceux de votre conscience.

La conscience, l'amour de soi, ce sont des noms de votre goût du « je » ou votre souvenir « je ».

Vous devriez célébrer votre information « je suis »
comme le Guru.


Toutes vos activités, sauf la méditation sur le Soi, disparaîtront avec le temps. Si vous connaissez cette conscience qui est le connaisseur du temps, ce dernier vous servira. Prenez la résolution que vous utiliserez votre temps pour célébrer la conscience, et vous verrez par vous-même que vous vivrez plus longtemps. Il vous sera accordé plus de temps pour le faire, quel que soit l'avis de votre médecin. Mais rappelez-vous de ne pas perdre ce temps supplémentaire à vivre dans le luxe, car il n'est pas possible de tromper Paramatman. De telles tricheries causent une mort accidentelle.

En raison des attractions diverses de ce monde, l'âme individuelle ne peut pas comprendre cette connaissance spirituelle jusqu'à sa fin.

Paramatman n'a besoin d'aucune conviction, puisqu'il est le témoin.


N'oubliez pas qui il faut célébrer et pourquoi. Vivez avec ce souvenir. N'oubliez pas que le connaisseur du « je suis » est Gurudeva.










Les Bhajans de la Lignée de Shri Ramakant Maharaj ici en pdf (en français)


CHIDANANDA (Bhajan de la Lignée)




Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.
Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.

Je ne suis pas le mental, l’intellect, l’égo ou le subconscient. Je ne suis pas les oreilles, la langue, le nez ou les yeux. Je ne suis pas l’espace, la terre, le feu ou le vent.

Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.
Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.

Je ne suis pas la force de respirer, les sept éléments vitaux du corps, ni les cinq couvertures. Je ne suis pas la parole, les mains, les pieds, ni le rectum.

Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.
Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.

Je ne suis pas l’envie, la cupidité, ni le désir, ni l’attirance. Je ne suis pas l’arrogance, ni la fierté, ni la jalousie, ni la religion, ni la fortune, ni les dépenses pour l’humanité, ni la libération.

Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.
Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.

Je ne suis pas la vertu, le péché, la joie et la tristesse. Je ne suis pas le Mantra, le pèlerinage, les Écritures, les offrandes ou le feu rituel. Je ne suis pas la nourriture, l’action de manger et ce qui est mangé.

Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.
Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.

Je ne suis pas la mort, le doute, ni la discrimination de castes. Je ne suis pas le père, la mère, donc pas de naissance. Je ne suis pas le frère, ni l’ami, ni le Gourou, ni l’aspirant.

Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.
Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.

Je suis au-delà des concepts, sans changement, au-delà de la forme. Je suis tout étendu dans tous les sens. Je vois l’égalité dans chacun. Je ne suis ni libéré, ni lié.

Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.
Je suis l’Éternelle Béatitude. Je suis Shiva.

C’est complet et parfait. C’est complet et parfait.
Du complet et parfait, le complet et parfait devient manifesté.
Si le complet et parfait sort du complet et parfait, même alors le complet et parfait restera toujours.




L’UN, qui avec compréhension, savoure le monde.

(ARATI)
J’ai reçu une grande fortune qui m’a poussé hors des affaires du monde.
J’ai rencontré mon Sadgourou et je fais ce qu’Il me demande.
Il m’a mis dans la bonne direction, vers l’intérieur où est le Soi.
Après la traversée des attributs, vous atteindrez Pandhari, où Vithoba réside.
Comment décrire ce bonheur ? Quand l’égo s’en va le bonheur demeure.
Par la lumière de la compréhension qu’Il m’a donnée, mon égo est complètement détruit.
Je vais vers le Soi. Le corps reste mais je ne m’occupe plus de lui.
Le mental devient pas de mental, aucune trace de lien demeure.
Fusionné dans le Soi, j’ai oublié pourquoi je suis venu ici ! Les mots sont sans signification.
Je suis devenu l’UN, je vois seulement Moi-même partout.
Les Trois attributs sont brûlés, je les ai transcendés.
L’Indestructible, l’Eternel est merveilleux. La lumière de l’Illumination de Soi ne diminue jamais.

Le nom et la forme créent la dualité, mais IL est Un, partout.
Namdev : « Si ce que je dis n’est pas la vérité, je couperai ma tête ! ». (Mais personne ne peut couper Cela !!)
L’univers entier et son créateur sont contenus dans une graine de sésame.
Tout vient de zéro, retourne à zéro et n’a aucun volume. Tout est rien.
Le propriétaire de l’univers entier demeure à l’intérieur d’une petite maison graine de sésame.
La plus petite graine contient tous les trois mondes.
Cependant rien n’est plus grand que Moi-même, qui n’ai aucun volume.
Le propriétaire de Cela va et vient.
De rien vient toutes les choses, même les Dieux.
Rien est très puissant. Rien ne peut arriver.
Oubliez la connaissance et l’ignorance et vous êtes LUI.
Quand quelque chose est là, vous ne pouvez rien faire de plus ou de moins.
Tuka dit, dans une petite graine ou une petite goutte se trouve l’ensemble de la création transitoire.

5. Je suis la joie originelle

Partout la béatitude ! À l’intérieur et à l’extérieur !
Joie ! Joie ! Rien n’est là excepté Moi-même. Je suis la Joie Originelle !
IL est partout et Cela est la joie !
À l’intérieur et à l’extérieur, tout est joie, au-delà de la connaissance.